Le bien-être, c’est de vivre dans le moment présent. Ce qui était autrefois un sujet d’actualité sur le mode de vie est, grâce à notre expérience collective de la pandémie, devenu le cœur des conversations sur le travail et la vie. Et en tant que Responsable en chef du bien-être, je suis heureuse de constater ce revirement (même si j’aurais évidemment préféré un autre catalyseur). 

Pourtant, lorsqu’on me pose des questions sur le bien-être, et cela arrive souvent, je note une tendance inquiétante. Très souvent, le bien-être finit par être un autre élément stressant de notre liste de tâches à accomplir. Ainsi, tout en continuant à prioriser notre bien-être, nous devons aussi  abandonner l’idée que le bien-être est une corvée. Parce que le bien-être n’est pas un point de référence à atteindre. Ce n’est pas une autre mesure culpabilisante pour nous comparer. Le but est de favoriser le bien-être dans nos vies afin de réduire notre stress, pas de l’augmenter. 

Dans cet esprit, voici six façons d’éviter que le bien-être ne devienne simplement un autre élément de nos listes de tâches à accomplir.

Cessez de glorifier l’effervescence

Nous avons souvent l’idée que productivité et effervescence sont synonymes. Nous portons notre effervescence comme une médaille d’honneur, croyant que nous devons exister dans un état de mouvement perpétuel. Pour beaucoup d’entre nous, le bien-être en fait partie et devient une obligation, une autre façon d’être occupé. Mais le bien-être n’est pas qu’un moment, c’est un état d’esprit, un antidote à l’état d’effervescence. Le bien-être est un mode de vie et de travail qui est possible seulement quand nous laissons tomber l’effervescence.

Définissez ce qu’est le bien-être pour vous

Si, pour vous, le bien-être ressemble à une liste de tâches à accomplir, cela signifie que vous partagez l’idée du bien-être qui a été définie par quelqu’un d’autre. Mais le bien-être n’est pas uniforme. C’est différent pour chacun, il est donc essentiel que nous le définissions nous-mêmes. 

Commençons par réfléchir à ce qui est important pour nous et par définir ce qui est non-négociable. Il y a des gens qui aiment méditer, d’autres non. Pour certains, le bien-être peut se traduire par une activité. Pour d’autres, il peut tout aussi bien s’agir de ne rien faire. En nous concentrant sur ce qui nous épanouit vraiment, il sera beaucoup plus facile d’intégrer notre propre vision du bien-être dans notre vie quotidienne.  

Commencez doucement

Donner la priorité au bien-être ne signifie pas chambouler nos vies, et cela ne veut pas dire faire de grands changements. Ce n’est pas tout ou rien. L’approche Thrive Global est basée sur des Micropas, en commençant par les plus petits pas possibles pour créer des habitudes saines. Vous n’avez peut être pas le temps de faire de l’exercice une heure par jour, mais êtes-vous en mesure de faire quelques minutes d’entraînement supplémentaires? Vous n’êtes pas obligé de supprimer le gluten, la viande ou les aliments que vous aimez, mais pouvez-vous ajouter un fruit comme collation? En réalisant de petites étapes, il est plus facile de les transformer en habitudes.  

Fixez vos limites avec détermination 

Avoir défini des valeurs non négociables pour notre bien-être ne suffit pas si nous ne prenons pas le temps de les respecter. Pour m’assurer de prendre du temps pour les miens, je les ajoute à mon calendrier public, que tous mes collègues et membres de l’équipe peuvent voir, puis je m’y tiens de la même manière que je le fais pour tout le reste de mon calendrier. Cela envoie le message – à moi-même et aux autres – que les façons dont je nourris mon bien-être sont aussi importantes que n’importe quelle réunion ou rendez-vous de mon calendrier.

Accepter que le bien-être va changer 

Si nous avons appris quelque chose au cours de la dernière année et demie, c’est que la vie est faite de changements constants. Le bien-être n’est pas une destination. Au fur et à mesure que nous avançons sur le chemin de notre vie, notre conception du bien-être est susceptible de changer. Lorsque nous acceptons cela, nous pouvons continuer à trouver naturellement, de nouvelles façons d’apporter du bien-être, de la joie et du renouveau dans nos vies.

Accordez-vous un peu de répit 

Nous sommes tous humains, ce qui signifie que nous sommes parfaitement imparfaits. La dernière chose que notre relation au bien-être devrait nous apporter est la culpabilité ou un sentiment d’échec. De plus, l’acceptation de soi – dans ce cas, accepter le fait que nous n’allons pas toujours répondre à notre propre définition du bien-être ou trouver le temps pour cela – est en soi une excellente pratique de bien-être. Alors, ne vous en demandez pas trop, accordez-vous un peu de répit, et lorsque vous le ferez, vous ajouterez un puissant outil de bien-être à votre vie. 

Rendez-vous le mois prochain, lorsque nous aurons une annonce passionnante à faire au sujet du hub Deloitte Work-Life. 

Author(s)

  • Jen Fisher

    Chief Well-being Officer at Deloitte and Editor-at-Large, Life-Work Integration at Thrive Global

    Jen Fisher is a leading voice on workplace well-being and creating human-centered organizational cultures. She frequently speaks and writes about building a culture of well-being at work and serves as Deloitte’s chief well-being officer in the United States, where she drives the strategy and innovation around work-life, health, and wellness. Jen is also the host of WorkWell, a podcast series on the latest work-life trends and author of the book, Work Better Together: How to Cultivate Strong Relationships to Maximize Well-Being and Boost Bottom Lines (McGraw-Hill, June 2021). Jen is a healthy lifestyle enthusiast and seeks to infuse aspects of wellness in everything she does. She believes self-care is a daily pursuit and considers herself an exercise fanatic, sleep advocate, and book nerd! As a breast cancer survivor, she is passionate about advocating for women’s health and sharing her recovery journey. Jen lives in Miami with her husband, Albert and dog, Fiona.

    Follow her on LinkedInTwitter, and Instagram.